Arrêt du tabac : les méthodes 

24/05/2018

À l’image de la hausse du paquet de cigarettes classiques qui ne cesse d’augmenter, les conséquences du tabagisme coûtent elles aussi de l’argent. Considéré comme une « drogue », le tabagisme coûte 10 milliards d’euros environ à la société, et ce, pour prendre en charge les patients malades à cause du tabac, les maladies chroniques liées au tabac – hypertension, broncho-pneumopathie chronique notamment – mais aussi pour mener à bien les campagnes de prévention notamment. Parce que le tabac est responsable de 66 000 décès en France et surtout, est devenu la première cause de mortalité évitable, à l’image des 2 000 personnes qui arrêtent de fumer chaque jour, il existe de nombreuses solutions pour relever ce défi. 

La cigarette électronique 

La cigarette électronique est un dispositif qui permet de récréer de manière artificielle de la vapeur aromatisée. Vapeur qui contient ou non de la nicotine. Outil utilisable en marge d’autres dispositifs, la cigarette électronique est un bon moyen d’entamer son sevrage tabagique. Aujourd’hui, il existe des modèles qui ressemblent à la cigarette classique, mais aussi d’autres de forme cylindrique, les modèles « Ego ». Il est également possible d’opter pour des « Mod » ou des « Box » qui sont des e-cig de dernière génération. Ces dernières permettant alors de régler la puissance de la vapeur, de présenter une plus grande autonomie de batterie notamment. Le tout, est d’opter pour le modèle qui correspond le plus à son besoin, mais aussi et surtout, de réduire peu à peu le taux de nicotine contenu dans l'e-liquide. 

Les patchs et les gommes

En faisant le test de Fagerström, il est alors possible d’évaluer sa dépendance chimique à la nicotine. Ensuite, selon les préférences, il existe des patchs et des gommes à mâcher. 

Les patchs permettent de soulager les symptômes liés au sevrage tabagique. Leur teneur en nicotine variable permet alors d’adapter le traitement en lien avec l’intensité de la dépendance. Il suffit pour cela, d’appliquer un patch sur la peau pendant une durée d’un mois en général. Là encore, il convient de réduire progressivement la teneur en nicotine. Le patch se laisse alors sur la peau, entre seize heures et une journée selon le cas. 

Tout comme les patchs, les gommes permettent de soulager les symptômes de manque. Mais contrairement aux patchs, les gommes se présentent sous forme buccale et s’utilisent en général sur une période de trois mois. Et, rien n’empêche de combiner les deux pour calmer une envie brusque de fumer. Il existe également des comprimés à base de nicotine que l’on dépose sous la langue ou que l’on suce. À chacun de trouver l’alternative qui lui convient le mieux. 

La médecine douce

Rien de tel que de se rapprocher de sa mutuelle pour savoir si elle prend en charge totalement ou rembourse partiellement la prise en charge de l’arrêt du tabac. Et pour cause, l’acupuncture, l’homéopathie, l’hypnose ou encore une psychothérapie comportementale et cognitive notamment aident à bien préparer le sevrage, réduire les symptômes de manque et éviter le phénomène de récidive. L’avantage notamment de la psychothérapie comportementale et cognitive, c’est de prendre pleinement conscience de son problème, mais aussi d’être pris en charge pour les effets connexes que sont l’anxiété et la dépression et de se voir administrer alors du Zyban®, un médicament qui facilite le sevrage.

L’inhaleur

Dernier outil destiné au fumeur qui souhaite en finir avec le tabac : l’inhaleur. Il s’agit d’un petit objet dont l’apparence est semblable à un porte-cigarette et qui se compose d’un embout avec une cartouche. Contenant de la nicotine, il permet alors en mimant l’acte de fumer, soulager le manque. 

 « On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une », Confucius.

Partager cette actualité avec vos proches :

Chirurgie esthétique : l’essentiel sur le lifting

17/05/2018

Tout le monde ne peut échapper aux signes de la vieillesse. Ces derniers apparaissent surtout au niveau du visage sous forme de rides, de relâchement de la peau, de bajoues… à partir d’un certain âge. De nombreuses solutions sont alors possibles afin d’atténuer, voire d’éliminer ces marques du temps. Parmi celles-ci figure le lifting.

De quoi s’agit ?

Le lifting fait partie de la chirurgie esthétique. Il consiste à corriger la peau relâchée au niveau du visage en la retendant. Cette opération offre alors à la peau la possibilité de rajeunir de quelques années. Peu importe la zone où se produit un affaissement, elles peuvent toutes être traitées. Certains spécialistes effectuent en même temps de la liposuccion afin d’enlever l’excès de graisse. Il peut également arriver que de l’injection de graisse soit nécessaire, car la peau s’est amincie avec l’âge. Le résultat de ces opérations combinées s’avère être alors étonnant.

Pour qui est-il destiné ?

La tranche d’âge entre 40 et 60 semble être la plus intéressée par ce type de chirurgie. Cependant, il n’existe pas d’âge idéal pour le lifting. Certaines femmes ont déjà recours à un lifting doux dès l’apparition de leurs premières rides. Cette technique n’est pas seulement destinée à la gent féminine, les hommes peuvent aussi y recourir. Bref, tous ceux qui montrent un relâchement de la peau au niveau du visage et du cou sont de bons candidats.

Comment se déroule-t-il ?

Un lifting dure 3 heures au maximum. Le sujet est mis sous anesthésie générale pour qu’il puisse se relaxer. Les incisions s’effectuent au niveau des oreilles, des tempes et dans les cheveux. Le spécialiste fait en sorte que celles-ci soient les plus discrètes possible. En fonction des cas, le patient nécessitera 1 ou 2 jours d’hospitalisation.

Le lifting est une opération peu douloureuse, mais il est conseillé de bien se renseigner et de demander l’avis d’un spécialiste avant d’y recourir.

Partager cette actualité avec vos proches :

Pourquoi opter pour la chirurgie esthétique ?

17/05/2018

L’aspect extérieur est le premier critère qui permet de faire bonne impression. Il importe donc de bien la soigner. La chirurgie esthétique est l’un des moyens utilisés aujourd’hui pour parfaire sa beauté. Certaines personnes ne sont pas convaincues par cette méthode, pourtant elle regorge de nombreux bienfaits.

Un physique parfait

Le but principal de la chirurgie esthétique est d’améliorer l’apparence physique de l’individu en rectifiant les parties présentant des anomalies. Celles-ci peuvent être causées par un accident. Il peut également s’agir de problèmes pathologiques ou d’imperfections dus à un facteur génétique. Dans tous les cas, c’est le domaine de prédilection de la chirurgie esthétique. À travers ses différentes techniques, qui varient selon le type d’opération à effectuer, elle arrive à corriger toutes sortes de défauts sur le corps humain.

Des résultats rapides

Comparée à d’autres solutions, la chirurgie esthétique garantit un résultat immédiat. En effet, des changements peuvent déjà être constatés après l’opération. Même s’il ne s’agit pas encore du résultat final, on peut déjà être fixé si l’intervention a été un succès ou non. Pour ceux ou celles qui ne veulent donc pas attendre trop longtemps, la chirurgie esthétique est une excellente option.

Des bienfaits psychologiques

Un nez trop long ou trop gros, une petite poitrine ou encore la présence de trop de graisse au ventre peuvent être source de complexes chez une personne. Les différentes sortes d’imperfection qui sont visibles sur le corps peuvent en effet entraîner un mal-être. La chirurgie esthétique permettra alors de se débarrasser de ce genre de trouble émotionnel, car une fois l’intervention achevée, l’individu concerné commencera à s’apprécier. Il aura une nouvelle image de lui-même qui le poussera à reprendre confiance en lui. En d’autres termes, la chirurgie esthétique favorisera un épanouissement personnel. Toutefois, pour être sûr d’obtenir le résultat recherché, il faut s’assurer de contacter le bon chirurgien.

Partager cette actualité avec vos proches :

Mutuelle de santé : comment faire le bon choix ?

10/05/2018

Vouloir souscrire une mutuelle de santé pour accéder à des centres de santé privés est une chose importante mais cependant il est indispensable de choisir la bonne mutuelle. Les options sont nombreuses, il est donc important de comparer chacun des points à prendre en compte au moment de choisir votre complémentaire santé. Ce guide vous aidera à choisir au mieux votre mutuelle de santé.

Choisir une mutuelle adaptée à vos besoins

Il est important de prendre en compte vos besoins personnels et ceux des personnes que vous souhaitez inclure dans la mutuelle santé. Vous devez tenir compte de votre âge, de votre sexe, de vos habitudes de vie et de vos besoins médicaux habituels.

Le comparateur des mutuelles de santé

Il existe de nombreuses offres mais pour bien choisir vous pouvez compter sur les comparateurs de mutuelles en ligne. Ces comparateurs vous permettent de prendre connaissance de toutes les informations avant de choisir celle que vous voulez.

Les garanties incluses dans la mutuelle

Avant de vous engager, il est conseillé de bien vérifier certains points de la mutuelle santé choisie. Il faut par exemple se renseigner sur le niveau de remboursement. Il est fortement recommandé d'être informé des limites imposées par la mutuelle. Le montant total de remboursement maximal peut être très limité dans certains cas.

Un contrat responsable 

Avec ce contrat responsable, vous ne pourrez pas faire ce que vous désirez car une liste des remboursements vous serez signifiée. Cela a pour objectif de limiter les abus de certaines personnes.

Le tiers payant

C’est un dispositif pratique et efficace qui vous permet de bénéficier des soins remboursés par la sécurité sociale et par votre mutuelle, sans que vous ayez besoin d’avancer les frais. Cependant les mutuelles avec cette option sont plus chères que les autres.

Le délai de carence ou de remboursement

Lorsque vous souscrivez un nouveau contrat pour votre complémentaire santé, pendant une certaine période vous ne pourrez pas bénéficier du remboursement de certaines prestations. En choisissant votre mutuelle santé, vous devrez prendre en compte ce point précis au risque de déchanter.

Partager cette actualité avec vos proches :

Attention à ces douleurs au niveau des cervicales

27/03/2018

La cervicalgie est un terme générique utilisé pour désigner une douleur dans le haut du dos ou la nuque et le cou juste au niveau des vertèbres cervicales jusqu'aux épaules. On peut utiliser le mot torticolis surtout lorsque la douleur est d'origine musculaire. Ce mal de dos peut devenir très handicapant pour toutes les personnes qui en souffrent de façon passagère ou chronique.

Les causes sont nombreuses pour ces douleurs 

Même si les cervicalgies sont généralement sans conséquences graves, elles peuvent limiter les mouvements de la personne touchée. Cette pathologie peut s'accompagner de divers symptômes comme : 

  • Des maux de tête
  • Des troubles du sommeil
  • Des fourmillements dans les bras, les doigts
  • De la fièvre

Il existe différentes douleurs, chroniques ou aiguës. Elles peuvent durer 2 à 3 jours, plus de 30% de la population serait concernée chaque année. La région cervicale est sollicitée en permanence pour assurer le maintien de la tête. Les douleurs sont donc très présentes et elles sont aggravées par de mauvaises positions

Les différents types de cervicalgies

On constate trois grandes familles : les classiques, celles liées à un traumatisme et les symptomatiques. D'autres facteurs comme l'anxiété, l'arthrose, une mauvaise position ou l'activité professionnelle ou sportive peuvent être responsables de cette pathologie douloureuse. Les cervicalgies communes guérissent généralement en quelques jours, celles faisant suite à un traumatisme prennent un peu plus de temps. Les récidives sont possibles. Lorsqu'elles durent plus de 6 mois, on parle alors de cervicalgie chronique, généralement c'est l'arthrose qui en est la cause. Plus de 10% des salariés seraient concernés principalement ceux travaillant sur des écrans, il est important de faire des pauses régulières. Les antalgiques, les myorelaxants sont prescrits ainsi que des séances de kinésithérapie afin de soulager les patients. Il est important d'adapter sa literie ainsi que sa position de travail afin de prévenir les cervicalgies.

Partager cette actualité avec vos proches :