Une bonne stratégie alimentaire pour faire face à la ménopause

03/11/2011

À l’aube de la cinquantaine, deux changements s’opèrent dans l’organisme de la femme. La périménopause qui se définit par le ralentissement des activités des ovaires et la ménopause qui se traduit par la retraite définitive de ces dernières. Pour la femme, une bonne alimentation est conseillée étant donné que ces deux phases sont souvent sources de kilos superflus.

Ménopause et prise de poids

Dès la périménopause, à partir de l’âge de 47 ans, la menace de prise de poids est réelle. Lorsque les ovaires ralentissent et commencent à cesser leurs activités, entre autres la production d’œstrogène, les calories s’installent. Les œstrogènes contribuent d’une manière considérable à la distribution de la graisse sur différentes parties du corps : cuisses, fesses, etc. Lorsqu’elles diminuent et disparaissent, il n’y a plus de répartition. Les graisses prennent place particulièrement là où les femmes le désirent le moins : sur le ventre. Et le poids augmente au fur et à mesure que l’on avale.

Bien que cette prise de poids ne soit pas fatale, elle peut être évitée. À la clé : alimentation équilibrée et dépense physique.

La stratégie alimentaire à adopter à la ménopause

Adopter une alimentation équilibrée. Au menu : du pain complet de 50 à 150 g par jour pour leurs apports en glucides, des fruits à chaque repas et au matin pour leurs apports en antioxydants, des légumes au déjeuner et au dîner, du poisson au moins trois fois par semaine, de la viande ou des œufs pour les protéines, des céréales et des produits laitiers pour le calcium.

Faites place aux exercices physiques

Pendant la ménopause, la pratique de sport tels que la natation, le vélo ou simplement la marche peuvent vous éviter de prendre des kilos supplémentaires.

Partager cette actualité avec vos proches :

Comments are closed.